Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

jeudi, 29 décembre 2011

La droite fait place aux droites

La-guerre-des-droites_pics_809.jpg

http://www.lejdd.fr/Election-presidentielle-2012/Images/Sarkozy-Villepin-Chronologie-d-une-haine-mutuelle/

 

Avec l'entrée en campagne de Dominique de Villepin, les concurrents à droite s'ajoutent à la liste de Nicolas Sarkozy. Alors que le président avait dans l'optique d'en être le seul représentant, le pari risque de se compliquer pour les prochaines élections. Et ce n'est pas la guéguerre avec les socialistes qui va arranger les choses.

 

Une droite au pluriel

La droite ne sera plus représentée par un seul homme: l'année 2012 est placée sous le signe des candidatures. Qu'il s'agisse de Christine Boutin, présidente du Parti Démocrate-Chrétien, de Nicolas Dupont-Aignan qui a fondé le parti Debout la République, de Hervé Morin du Nouveau Centre, de Frédéric Nihous (Chasse, pêche, nature et traditions) ou encore de Dominique de Villepin, ils seront tous présents et prêts à affronter Sarkozy. L'obstacle majeur, car oui il y en a bien un, reste l'acquisition des 500 signatures nécessaires à l'entrée dans la course. 

Et ce problème reste apparemment essentiel. Christine Boutin menaçait même récemment de "lâcher une bombe atomique dans la campagne de Nicolas Sarkozy" si elle n'obtenait pas le nombre de sgnatures requises, alors que le Front National a quant à lui déposé une requête jeudi, auprès du Conseil d'Etat. Les consignes du parti présidentiel ont d'ailleurs été on ne peut plus précises à ce propos: "Les signatures de l’UMP, elles sont pour le candidat UMP. Point", prévenait Jean-François Copé. Chose qui effectivement rend difficile la possibilité pour les autres candidats de droite de parvenir jusqu'au premier tour.

 

montage-parrainages-JDD.jpg

http://photo.lejdd.fr/media/images/politique/montage-parr...

 

Le leader de l'UMP attaqué

Et la campagne n'est pas de tout repos pour Nicolas Sarkozy! Dernière critique en date? Le président aurait placé ses proches à des postes administratifs clés. Cette action, qualifiée de "grand verrouillage" de l'appareil d'Etat par le Parti Socialiste, est très critiquée. D'ailleurs le candidat de l'opposition a aussi décidé de mettre les choses au clair face aux dénominations que lui avait attribué Sarkozy. Alors que le président avait l'habitude d'appeler Francois Hollande "le petit" lors de réunions à l'Elysée, celui-ci a répondu aux "attaques": "Moi je me situe à un  certain niveau. Je suis candidat : je n'ai pas besoin de faire des confidences, je fais des déclarations". "Lui [Nicolas Sarkozy], semble-t-il, réunit ses collaborateurs, tient des propos qui ne sont pas d'une grande élégance. Mais je pense que s'il est à ce point médiocre dans les attaques, c'est qu'il doit avoir une certaine crainte du prochain résultat. Il a raison. Non pas d'être médiocre mais de crainde le résultat".

Des paroles qui s'ajoutent à celles de Dominique de Villepin, qui lors de son passage sur Europe 1 a déclaré: "Nous avons aujourd'hui, il le revendique, un président de droite. La France ne peut pas vivre avec un président hémiplégique qui représente une seule partie des Français.".


La droite de Nicolas Sarkozy semble donc bien perdre du terrain au profit d'autres candidats et d'autres partis, aux idées pour la plupart semblables, mais dont les leaders revendiquent haut et fort leurs différences de l'UMP. Un phénomène qui risque bien, à long terme, d'être défavorable à la droite présidentielle.


00:32 Écrit par Laura Sengler | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ump, ps, fn, pdc, nouveau centre, cpnt |  Facebook | |  Imprimer | | |  del.icio.us | | Digg! Digg |

Les commentaires sont fermés.