Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

mardi, 31 janvier 2012

Un non candidat en campagne

 

1836622_ran-son-du-3001.jpg

http://www.leparisien.fr/

 

Un discours retransmis sur plus de six chaînes, des mesures, des promesses, des attaques personnelles envers les candidats déclarés à la présidentielle et une répétition excessive du mot "honnêteté", une chose est sûr le titre du président a bien été utilisé dimanche comme excuse à un discours électoral.

Après une telle allocution on peut aisément comprendre la grogne des autres partis limités médiatiquement quand ils ont face à eux un candidat qui annonce des mesures sous la casquette d'un président . Et oui car après cinq ans à la tête du pays, Nicolas Sarkozy dit être là "en tant que chef de l'Etat" pour rendre des comptes.

Des propositions mais pas de candidat

Sarkozy a voulu jouer la carte du président jusqu'au bout, et pourtant il n'aura pas pu s'empêcher les phrases qui ne laissent aucun doute sur l'issue de toutes ces mesures: une nouvelle candidature. Du "Si un jour je dois rentrer en campagne, à ce moment, là, je serai candidat", au "J'ai un rendez vous avec les Français, je ne me déroberai pas" concernant l'échéance sur le dépôt de candidature, Nicolas Sarkozy aura même réussi à faire état de son agacement envers Hollande et sa présence dans les médias: "Parfois je peux en avoir l'impatience tant je constate d'arrogance déplacée." Et pourtant ce n'est pas les phrases assassines de Claire Chazal lui inculquant que parfois il faut avoir le courage de lever l'ambiguïté qui l'aura fait lâcher le morceau explicitement.

Des mesures approximatives ?

Le plus marquant dans ce discours de président en fin de mandat, aura été la présentation des mesures qui doivent être adoptées très prochainement. Propositions de fin de quinquennat ou programme présidentiel, plusieurs d'entre elles font aujourd'hui débat pour leur approximation sans limite. Très drôle, en effet, quand on entend le président dire : "Il faut arrêter que n'importe qui dise n'importe quoi", alors que lui même décrit l'agence Moody's comme étant le double de Standard & Poor's, tout ça pour minimiser la dégradation de la note française, alors que celles-ci se partagent en réalité les mêmes parts de marché, soit 40% chacune. Sarkozy affirme aussi qu'il ne croit en rien à l'augmentation des prix dû à la hausse de la TVA, alors qu'il dit dans la même émission à propos de la mesure que : "nous espérons avec le gouvernement que ça va déclencher des achats par anticipation qui vont nous permettre de doper la croissance». Autre erreur quand il affirme: "depuis dix ans, la France a perdu 500 000 emplois industriels", alors qu'en réalité nous sommes déjà à 700 000...

Mais le plus surprenant de la soirée restera ses paroles concernant la TVA sociale, lorsqu'il affirme avec arrogance: «Ce mot na aucun sens», ajoutant : «Vous ne mavez jamais entendu le prononcer.» Alors que dans le discours du 20 juin 2007, c'est bien ce mot et huit fois, que l'on entend de sa bouche!!

 
 http://desintox.blogs.liberation.fr/blog/2012/01/sarkozy-na-jamais-prononc%C3%A9-lexpression-tva-sociale-vraiment.html

 

Autre petit point à relever, c'est l'annonce faite en octobre 2011 sur son opposition à l'augmentation de la TVA. On dirait que quatre mois après, les bonnes résolutions ont vite été oubliées.

 

 http://www.lemonde.fr/election-presidentielle-2012/video/2012/01/29/quand-m-sarkozy-s-opposait-a-une-hausse-generalisee-de-la-tva_1636116_1471069.html

 
 Des attaques directes:

Mais le président a également très peu apprécié les allusions faites sur Francois Hollande par Claire Chazal durant l'interview. Il ne s'est d'ailleurs pas gêné pour la remettre en place à sa manière. Et quand celle-ci lui notifie que sa mesure sur une banque pour financer les PME s'apparente parfaitement à celle du  candidat socialiste, Sarkozy s'énerve: "C'est une obsession chez vous" en évoquant la comparaison à Hollande, il rajoute " je n'avais pas noté que vous aviez décidé de l'inviter ce soir". Pour un président qui n'est pas en campagne il multiplie tout au long de la soirée les références aux autres candidats: "je ne veux pas qu'on consomme français ça na pas de sens (..) je veux qu'on produise français", ou encore "vous ne voulez quand même pas que je m'occupe d'elle quand même", cette fois-ci à l'égard de Marine LePen qui a du mal à récolter ses 500 signatures.

 

Bien au-delà d'un récapitulatif, Sarkozy n'a pas cessé de rappeler comme les francais étaient forts et méritants: "Les Français, c'est un peuple libre, frondeur, souverain qui ne se laisse imposer sa décision par personne" ou encore " disons aux français que leurs efforts a payé". Alors c'est vrai que face à cette "non campagne" le plus étonnant c'est de remarquer que le président a quand même pris la peine après le début de l'nterview d'envoyer à tous les cabinets "des éléments de langage destinés à permettre aux ministres de faire déclarations et communiqués louangeurs sur la prestation du chef de l'Etat". (document disponible sur le site du Monde.) Est-il besoin de faire état des 25 communiqués de presse de l'UMP, envoyés aux journalistes, faisant l'éloge du président ? Non bien sûr car ne l'oublions pas ceci n'est pour rien un discours de campagne...

 

 

120127-sarkozy-dimanche.jpg

http://resistanceinventerre.wordpress.com/

10:58 Écrit par Laura Sengler | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : candidats, ump, programmes |  Facebook | |  Imprimer | | |  del.icio.us | | Digg! Digg |