Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

samedi, 31 mars 2012

Cette campagne bizarre !

Dessin_Karachi_2.jpg

Médiapart

 

"Une campagne bizarre", voilà comment Le Monde titre un de ses articles d'aujourd'hui. Et c'est vrai qu'à moins d'un mois du premier tour, on assiste à une sorte de régression. Le tour des grandes mesures étant fait, la campagne stagne. Le concret laisse place aux remarques déplacées des uns et des autres ainsi qu'aux sondages quotidiens. Rien de bien emballant pour les français. Et puis au-delà des questions de qui engrangera le plus de voix entre Sarkozy et Hollande ou entre Le Pen et Mélenchon, il y a des interrogations qu'on aimerait bien éclaircir mais qui restent en suspens.

Et deux des sujets les plus étouffés en France restent sans aucune doute l'affaire Karachi et Bettencourt. Alors c'est vrai on en entend rarement parler ces temps-ci, UMP au pouvoir oblige, mais certains candidats ont bien l'intention de ne pas laisser s'envoler l'affaire. On se souvient il y a deux semaines, François Hollande promettait, s'il est élu, de lever le voile sur le secret défense et d'autoriser les juges à travailler "en toute indépendance". Affaire importante car elle porte non seulement sur l'attentat mais également sur des soupçons de rétrocommissions qui auraient pu alimenter la campagne de Balladur en 1995, impliquant directement Nicolas Sarkozy.

 

 

2012-03-12-120313_delucq_croc_pt-thumb.jpg

Le Huffington Post



Une affaire mise en avant cette semaine par Eva Joly. La candidate d'Europe Ecologie - Les Verts souhaite faire la lumière sur ces deux affaires et obliger Sarkozy à assumer ses reponsabilités, lui qui bénéficie de "l'immunité présidentielle. "Aujourd'hui, nous ne savons pas si Nicolas Sarkozy est candidat à un deuxième mandat pour réellement diriger la France ou pour se protéger contre la justice et des sanctions éventuelles", questionne Eva Joly. La candidate s'insurge d'une aussi petite médiatisation de l'affaire alors que Nicolas Sarkozy brigue un second mandat sans même évoquer ces quelques "détails". Eva Joly lance alors le débat : "Combien d'éléments nous faut-il pour réagir? (…) Tous ces faits sont sur la table et rien n'est fait (…) Le fait de se cacher derrière une immunité ne tient pas la route. En période électorale, il ne devrait pas y avoir d'immunité". Il y a quelques jours, Ségolène Royal avait également dénoncé "la peur de perdre" l'immunité pésidentielle du candidat. Une remarque que n'avait pas apprécié le parti du président, qui n'a pas hésité à trouver une explication aux accusations: "Cette dérive outrancière trahit bien la panique qui semble gagner le camp de François Hollande, alors que chaque jour les enquêtes d'opinion démontrent la progression de Nicolas Sarkozy".

Alors en attendant, même si Nicolas Sarkozy, président et surtout candidat à un nouveau quinquennat, se prononce sur des sujets les plus divers ( de la perpétuité pour les crimes sexuels répétés aux banques de la jeunesse) il y a des choses qu'il préfère ne pas évoquer. C'est le cas de l'affaire Bettencourt où il a été lourdement mis en cause, selon Libération. Et quand le 16 février un journaliste de Médiapart l'interroge là-dessus, le candidat président, habituellement très bavard, sort la carte jocker : «Je n’ai pas envie de parler de ça. On est en démocratie, et on a bien le droit de ne pas répondre aux questions. Vous avez le droit de les poser, j’ai le droit de ne pas y répondre.» Des questions donc toujours sans réponse et des présidentielles qui continuent leur cours comme si de rien n'était... Une chose est sûre: 2012 est vraiment une campagne bizarre.

 

 

presidentielles-2012-affaires-trainer-L-Kp23v6.jpeg

Paperblog.fr


21:37 Écrit par Laura Sengler | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : ump, verts, candidat |  Facebook | |  Imprimer | | |  del.icio.us | | Digg! Digg |

Commentaires

Dure dure la politique. Mais l'immunité diplomatique pour le président actuel sera également pour le prochain ou la prochaine... donc c'est le serpent qui se mord la queue. Chaque président après son mandat aura t il droit à un jugement ??? Difficile de vouloir diriger un pays.

Écrit par : ST | lundi, 02 avril 2012

Les commentaires sont fermés.