Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

jeudi, 26 avril 2012

Nicolas et les médias

md0.libe.com.png

 

 

Sur fond de débats et de racolage lepéniste, le laps de temps de l'entre-deux-tours risque d'être encore plus intéressant que le reste. Heureusement une polémique "anti-médias" est entrée dans la campagne histoire d'égayer le tout. Quand on voit l'UMP tenter d'effacer certains propos et se voir remettre  en place par les images ça vaut le détour! Ah les médias!

 

On commence donc avec la Une de Libération qui n'a pas du tout mais alors pas du tout plu au candidat sortant. Avec sa dénonciation d'une pratique de désinformation, l'UMP ne s'est pas laissé faire, Jean-François Copé accusant même le quotidien de montrer «son vrai visage, celui de l’organe de propagande officiel du PS». C'est que la droite apprécie très peu cette image racoleuse qui lui colle à la peau depuis quelques jours. La solution ? Nicolas nie en bloc ! Et voilà que ça lui retombe dessus, la preuve de ses paroles en images :

 

 

Libération


 

Et là c'est le drame. Nicolas Sarkozy essaie tant bien que mal de rattraper le coche mais s'enfonce involontairement dans des explications contradictoires à la radio: "A partir du moment où la République autorise Marine Le Pen a être candidate, c’est que c’est un parti démocratique. Il faut être cohérent. [...] S’il y avait quelque chose d’anti-républicain, il faut l’interdire, aller jusqu’au bout. Et si c’était très mal de voter Marine Le Pen, pourquoi est-elle proposée au choix des Français?» Puis il s'emmêle les pinceaux en continuant : «J’ai revendiqué le droit de parler à ces Français qui en votant pour Marine Le Pen ont exprimé quelque chose. [...] C’est pas 18% de Français qui ont les idées de l’extrême droite. Ces gens-là, si on veut les remettre dans le champ des formations politiques républicaines, il faut s’adresser à eux.»! Alors républicain ou non le FN ? Sarkozy en perd son latin.

Et pourtant le candidat UMP sait comment manier les médias. il est le premier, à heure de grande écoute, à affirmer sur le plateau de TF1 que 700 mosquées ont appelé à voter Hollande, bien que le Conseil du Culte musulman désavoue. Mais le mal est fait, le message est passé, tout démenti sera une goutte d'eau après le torrent qu'il vient d'annoncer. Malgré ces petites entourloupes, le candidat se laisse pourtant piéger à son propre jeu comme un débutant. Alors qu'il parle de "vrai travail", lors d'un discours, il reviendra en arrière sur le plateau de tf1, affirmant n'avoir jamais prononcé ce mot. Et pourtant les images ne trompent pas. Est-il encore pensable de faire autant de bourdes sans le faire exprès ? Sarkozy le fait !

 

 


"Vrai travail" : l'amnésie du candidat Sarkozy par LeNouvelObservateur



Et il recommence! On en croirait presque qu'il prend du plaisir à démentir! Après avoir affirmé sur TF1: "Je n'ai jamais assimilé les électeurs de François Bayrou à ceux du Front national, et d'ailleurs je ne considère pas comme offensant d'avoir voté pour une candidate dont je ne partage pas le point de vue", l'entretien de Sarkozy, qui dément, ressort: "On ne peut pas accepter une immigration dont le seul but serait de bénéficier de prestations sociales toujours plus généreuses ! De ce point de vue, les préoccupations des électeurs de M. Bayrou et Front national sont les mêmes, même si les chemins sont différents."

Devant tous ces démentis foireux, l'UMP peste et s'en prend de près ou de loin à tout ce qui ne va pas dans son sens. Le journal Le Monde résume d'ailleurs parfaitement la situation: "Libération et ses "Unes", Le Monde et ses actionnaires, France Inter et ses auditeurs, France Culture et son directeur : à l'écouter, tous les médias en veulent à Nicolas Sarkozy. A Longjumeau, mardi 24 avril, il s'en prend à "tous les observateurs,  tous les spécialistes", les qualifiant de "girouettes qui changent encore plus vite que le vent", visant aussi bien les médias que les sondeurs, qui, selon lui, l'avaient régulièrement pronostiqué en dehors du second tour."

Alors Sarkozy ennemi des médias ? Une chose est sûre, pendant ce temps François Hollande profite de la situation et de l'image négative de son opposant pour organiser sa propre conférence de presse. C'est ce qui s'appelle dégainer au bon moment!

 

 

Ungrandpresident.fr

12:12 Écrit par Laura Sengler | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ump, candidat |  Facebook | |  Imprimer | | |  del.icio.us | | Digg! Digg |